LE MOT DU MAIRE

L’automne à Bourgneuf aura été riche tant en matière de travaux que d’animations. Après les effacements de réseaux ayant eu lieu au printemps et la pose de nouveaux lampadaires rue de Betphagé, la voirie et les trottoirs ont été refaits en octobre. Merci aux riverains pour leur patience. De même, un demi terrain de foot est en train d’être aménagé : les entraînements reprendront au printemps.

La vie du village aura été animée ces derniers mois avec, en particuliers, le forum des associations, l’accueil des nouveaux habitants, le festival écran vert et l’inauguration du nouvel espace bibliothèque.

À l’occasion des vœux de la municipalité le samedi 6 janvier 2018, je vous présenterai le dossier del’aménagement de la rue de la Commanderie et de la place de l’église. La phase pro est désormais achevée et nous allons consulter les entreprises pour des travaux qui devraient démarrer à la fin de 2018.

La desserte de Bourgneuf en bus n’est toujours pas satisfaisante, malgré quelques avancées obtenues de haute lutte. Si nos jeunes lycéens peuvent partir étudier à La Rochelle dans des conditions désormais à peu près satisfaisantes, il leur est toujours difficile de rentrer chez eux pour ceux qui ne sont pas scolarisés au lycée Valin. Avec mes collègues maires qui se trouvent dans la même situation, nous continuons à faire pression sur Jean-François Fountaine et Brigitte Desveaux pour obtenir ce qui nous semble être le strict nécessaire afin d’assurer à nos jeunes des conditions de transports décentes, leur permettant de réussir leurs études. Je ne cesserai ce combat que lorsque j’aurai obtenu satisfaction.

Enfin, deux riverains du multisports ont saisi le tribunal administratif de Poitiers dans le but d’obtenir la démolition de cette aire de jeux. Si la quiétude de ces personnes doit naturellement être préservée, vous pouvez compter sur moi pourtout mettre en œuvre afin que l’intérêt général prévale.

Au nom du conseil municipal tout entier, je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année.

Bien à vous,

Paul-Roland Vincent